Corruption: Ahmed Ouyahya, Abdelmalek Sellal et Said Bouteflika risquent plus de 20 ans de prison.

0
97

Alger.19h30. Le procès des personnes inculpées dans l’affaire de corruption relatif au montages des véhicules, révèle des situations fracassantes. Les trois têtes destructrices de l’économie nationale, reviennent à Said Bouteflika qui ordonnent aux deux chefs du gouvernement Ahmed Ouyahya et Abdemalek Sellal qui exécutent l’ordre de leurs maître Said Bouteflika. Ce dernier donne de l’Argent fou à Ali Haddad qui exécute comme un esclave devant son sultan,a-t-on appris auprès des sources bien informées et qui ont assisté à l’audience qui se tient au tribunal Sidi M’hamed a Alger. Abdelghani Zaalane, ministre du transport, Youcef Yousfi, ministre de l’industrie et une quarantaine de cadres du ministère de l’industrie et des concessionnaires automobiles qui ont assisté à ce procès du siècle. Interrogé par le juge d’instruction, Ali Haddad répond sur ses fait ” je n’ai pas demandé l’argent. C’est Said Bouteflika qui me donnent des sommes faramineuse pour soutenir le président Bouteflika” s’est il défendu. Les chefs d’inculpations les plus lourdes, sont noté et soulignés dans les dossiers des trois premiers de la liste des prisonniers. Tres faibles et complètement désorientés devant la force de la justice, les principaux grands voleurs et corrompu, ont étés affaiblis grâce aux traces des écrits dénonçant l’abus de pouvoir et des instructions illégales qui sont aux subordonnés qui gardent les copies en double. Plusieurs cadres du ministère de l’industrie ont été écarté de leurs postes ou mis à la retraite d’office pour avoir réagit ou refusé d’exécuter les ordres des supérieurs qui agissent en dehors des lois en vigueur. A titre d’exemple, nous avons rencontré des directeurs centraux du ministère de l’intérieur de l’industrie qui ont etes écarté injustement depuis plus de 3 ans, Et chaque fois que la presse les sollicitent pour des informations sur des sujets les concernant. Les cadres évitent toute déclarations pour des raisons d’obligations de réserves. Ces cadres ont convoqués pour témoigner des faitsCes cadres sont considérés comme victimes ou innocent devant la pression qu’ils ont subit, depuis selon des informations recueillit auprès des sources fiables. Au 3e jours de l’ouverture du plus grand dossier de l’algerie post indépendance, il y a lieu de souligner la forte presence des chaînes de télévision privées qui couvrent cette affaire unique dans justice Algerienne.

A.S

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici